Témoignage de Simon

Simon-devops

Simon

  • DevOps
  • Depuis avril 2016
  • Roubaix, FRANCE
  • Master IAGL (Infrastructures Applicatives et Génie Logiciel) à l'Université de Lille.

Peux-tu résumer brièvement ton parcours et ton rôle en tant que DevOps chez OVH ?

J'ai rejoint OVH en avril 2016 pour y effectuer mon stage de troisième année en tant que développeur, j’ai ensuite continué avec une alternance de deux ans. Aujourd'hui, j’ai la chance de continuer l’aventure en CDI en tant que DevOps. Intégré depuis le début à la Direction des Systèmes d’Information (DSI), mes missions consistent à accompagner et répondre aux besoins du service client OVH en développant, déployant et en assurant la maintenance d'applications en Perl, Go ou AngularJS.

Quelles étaient tes motivations à nous rejoindre ?

Tout a commencé en 2012, lorsque j’ai cherché à héberger certains de mes projets personnels, ce qui m’a amené à découvrir les offres OVH. J’ai commencé à m’intéresser à l’entreprise et à suivre son actualité. J’ai été très vite séduit par cette licorne française, autant par son histoire et son état d’esprit que par sa grande ambition. Dès lors, j’étais curieux de découvrir l’envers du décor et de participer à cette folle aventure qu’est OVH !

Peux-tu nous raconter tes débuts chez OVH ?

Je me souviens de ma première semaine comme si c'était hier ! Avant de rejoindre mon équipe, j’ai vécu une semaine complète d’intégration faite de nombreux ateliers qui m’ont permis de découvrir les outils internes, les locaux, les méthodes de travail et d’organisation, etc. Cette semaine est aussi l'occasion de faire connaissance et tisser des liens avec des collègues d’autres services.

À quoi ressemble le quotidien d’un DevOps chez OVH ?

Mon quotidien de DevOps chez OVH consiste à trouver des solutions en deux lignes de codes, supprimer les tâches pénibles de mes collègues rien qu’avec un clavier, jouer les bugs hunter pour améliorer la stabilité des applications en production et avoir toujours un oeil sur le monitoring. Cela nécessite aussi être prêt à enfiler mon costume de super ops pour régler les dysfonctionnements sur les serveurs de production.

Selon toi, en quoi, OVH est une entreprise différente ?

Lors de mon arrivée dans l’entreprise, j’ai été frappé par l’organisation horizontale du travail plutôt que verticale. Les maîtres mots sont la « proximité » et la « flexibilité ». Cela se concrétise au quotidien par l’usage du tutoiement, les bureaux sur roulettes, l’utilisation fréquente des appels en visioconférence avec les collègues parfois à des milliers de kilomètres. Mais aussi par le fait que directeurs et managers partagent le même open-space que leurs équipes. Chaque équipe dispose de l’autonomie et de la confiance nécessaire ainsi que de nombreux outils internes pour permettre de mener à bien nos projets.

Quelles sont les technologies que tu utilises ?

Il y en a beaucoup. Un peu à l'image d'un compositeur et d'un chef d'orchestre, je suis amené à choisir et à composer avec plusieurs technologies : Perl, Golang, AngularJS, Docker, Puppet, Kafka et bien d'autres. Je n'ai aucune limite dans le choix de la technologie dès lors que son intérêt est justifié. Avant d'entrer chez OVH, j’en connaissais peu, ou juste de nom. Depuis, j'ai pu expérimenter et tirer profit de chacune d'elles à travers des projets concrets.

Y a-t-il un projet dont tu es particulièrement fier ?

Celui qui m'a le plus marqué est mon premier projet d’envergure chez OVH : une API de statistiques à froid. Ce projet a pour but de centraliser dans un tableau de bord individuel toutes les statistiques des différents outils utilisés par les conseillers du support. Cela permet aux conseillers d’agréger à la demande leurs données, de sources hétérogènes, pour disposer d'une vue sur plusieurs jours, plusieurs semaines ou plusieurs mois très rapidement. Ce qui m'a rendu fier, c'est d'avoir pris l'initiative de rendre générique les algorithmes de l'application. Ainsi, ils s'adaptent automatiquement à l'ajout de nouvelles statistiques et leurs restrictions d'accès, sans qu'il soit nécessaire de modifier le code source. Ce fut une belle révélation de mes compétences en début d'alternance.
 
Selon toi, quelles expertises et compétences sont essentielles à ton métier ?

La polyvalence est très importante. Il faut être capable d’être à la fois développeur et administrateur système. Il est également essentiel d’être à l’écoute de ses collègues et clients pour aider à identifier leurs besoins et donner du sens à ce que l’on délivre. Les besoins sont nombreux, c’est pourquoi il est nécessaire de faire preuve d’autonomie, mais aussi d’initiatives.

Back to all the news

Other stories